Nicolas DARAGON

Maire de Valence / Vice-président de la Région

Chaque année, d’un coup de talon, d’un claquement de mains et par l’exercice d’une certaine magie, le Festival La Movida fait mentir les géographes et transporte notre ville par-delà les Pyrénées.

Ce voyage nous dirige plein Sud, en Andalousie, du côté de Séville pour être précis. Là où le Flamenco est un art de respirer la terre chaude et d’enflammer le temps. Ou à l’inverse, selon les tempéraments.

Spectacles, Tablao, concours de danses, bodega, vernissage dansé, expositions, ateliers, parade Sévillane, défilé de mode flamenca, autant d’occasions qui nous seront offertes du 2 au 19 avril, sans prendre le train ni l’avion, de s’évader en danses et en chansons afin de rendre l’hommage qui se doit à l’âme Ibérique, tout autant que de fêter l’arrivée du printemps.

Bailaora, robes longues rouge ou noire, costumes courts pour les hommes, dans des démonstrations savamment orchestrées, les acteurs de ce festival renoueront durant cette quinzaine avec les origines artistiques du Flamenco. Par leurs rondes envoûtantes et saccadées ils sauront transporter le public, à l’évocation répétée des pouvoirs prenant du duende. Rite autant que danse, flamboyant et fascinant et seul apte au monde à brûler véritablement les planches.

Une fois encore, par nos applaudissements répétés, remercions l’ensemble des acteurs et initiateurs de cet incandescent festival et répétons-le : « Viva Valence, c’est ici que l’on danse ¡Ole! ».